165453249_235572298254266_720174242013953019_n.jpg

À PROPOS DE NOUS

Nous avons la chance d'avoir une équipe qui a un regard neuf sur nos problématiques, qui cherche des solutions et prend des risques pour relever les défis de demain.

L'Accueil Marie de l'Incarnation se veut inspirante pour la communauté et veut transformer les paroles en actes.

Notre organisme, créé en 1978, est porté par des idées progressistes, des mesures audacieuses et une base solide pour appuyer nos actions.

 

Contactez-nous pour en savoir plus et comment vous pouvez vous impliquer.

182229135_283489543419091_904625666734227688_n.jpg
219534864_796645817688673_6431047446750249587_n.jpg

Comme le groupe de mère augmente rapidement et que plusieurs retournent à l’école, Soeur Jeannette consent à garder les enfants des étudiantes tout en continuant les ateliers de couture avec les autres mères.  La salle étant trop petite pour jumeler les deux, elle a donc demandé une autre salle pour le repos des enfants. Enfin, elles ont l’essentiel pour travailler. Un soir par semaine, avec l’aide de bénévoles, Soeur Jeannette donne des cours de cuisine, de couture et de macramé à la Polyvalente des Rives. 

 

Au printemps 1982, elles doivent à nouveau chercher refuge ailleurs car il faut libérer les locaux à l’automne.  Peu de temps après, une salle se libère chez les sœurs Marie Réparatrice. L’abbé Gaston Vachon, qui demeurait dans le même immeuble, venait souvent jaser avec l’une ou l’autre  et jouer avec les enfants, si bien que les enfants le surnommaient le « papa » du local.

À chaque jour, Soeur Jeannette accueille de plus en plus de mères avec leurs enfants. Une fois de plus, les locaux sont trop petits. Finalement Sœur Jeannette obtient une troisième salle qui devient la pouponnière. Au fil du temps, une quatrième pièce se libère permettant d'avoir une cuisine.

 

Le 30 avril 1983, Sœur Jeannette décide de lancer un concours afin de trouver un nom pour le Centre. L’idée de donner le nom de « Accueil Marie de l’Incarnation »  est prise en mémoire de la fondatrice de la Communauté  des Ursulines.

Pendant huit ans, Sœur Jeannette vit différentes activités avec les mères et leurs enfants : cours, sessions, fêtes et bien sûr elle voit au financement par la vente de pommes avec le Club Rotary, vente de pains avec le Club Richelieu, vente de pâtisseries et d’artisanats. Une demande de buffet surgit, et les voilà engagées. Les Sœurs Marie Réparatrice prêtent leur cuisine et les réfrigérateurs.

Après toutes ces années passées dans ces lieux, le groupe doit prendre la décision entre se relocaliser ou tout simplement abandonner l’œuvre car les Sœurs Marie Réparatrice vendent  la maison dans laquelle les activités ont lieux.. Une date d’échéance est fixée : fin décembre 1988. Comme la maison des Ursulines, située au 451 rue Marguerite, est à vendre, l’opportunité de l’acheter leur est offert et le projet d’une corporation se dessine. Le temps presse, décembre approche. Tout se met en place. 

128864572_786046758920107_3708477660701959346_n.jpg
167017928_3291624807606202_5468624816010069859_n.jpg

Les Ursulines consentent à acheter la maison pour l’œuvre et la ville autorise l’achat. Afin de se conformer aux exigences des assureurs, des transformations se font lors de la période des fêtes en 1988.

À mi-janvier 1989, possédant enfin un endroit permanent pour L'Accueil Marie de l'Incarnation, Sœur Jeannette est prête à accueillir les bénéficiaires.  Les enfants sont divisés par groupe d’âges : les bouts de choux (18 mois-2 ans), les frimousses (2-3 ans) et les câlinours (4-5ans). Pour assurer un meilleur service, Sœur Jeannette doit embaucher du personnel. Une religieuse de la communauté  vient aider pendant un an pour formée une équipe avec SoeurJeannette et les autres employées. La vie continue, une infirmière du CLSC s’ajoute au personnel une fois par semaine puis une fois par mois et faute de budget, le poste est coupé. Une travailleuse sociale vient sur demande et, à l’occasion, des personnes spécialisées offrent  des conférences ou des ateliers. De plus, le projet d’incorporation se réalise avec la maison Béthanie pour une durée de trois ans et l'organisme devient corporation « Accueil Marie de l’Incarnation » autonome le 17 octobre 1991.

Le 17 août 1992, le Conseil d’Administration engage une première éducatrice spécialisée afin de répondre aux besoins grandissants des enfants âgés entre 0-5ans. Des programmes spécialement adaptés sont mis en place, se qui permet aux enfants d'obtenir leurs pré-requis pour leur entrée scolaire.

En mars 1994, une deuxième éducatrice spécialisée est engagée, puisque la première est transférée sur le projet PACE, afin de se consacrer spécialement sur les enfants qui ont des difficultés d’apprentissage ou autres problèmes.

En 1998, l’Accueil Marie de l'Incarnation fête ses 20 ans, c’est un moment important. Une fête est organisée , et c'est au son de minuit que le logo officiel est dévoilé avec beaucoup d'émotions. En étant témoin de rencontres aussi émouvantes, çà ne fait que donner des ailes à Soeur Jeannette pour continuer.

 

La famille est toujours grandissante et les besoins sont très nombreux autant pour les enfants que pour les mères. Pour les ateliers des enfants, quatre éducatrices et une monitrice sont au poste, une cuisinière et une femme d'entretien complètent l’équipe. L'organisme est ouvert cinq jours semaine et ce douze mois par année. Après 25 ans, c’est une famille de plus de 600 mères et 1500 enfants qui ont fréquentés l'Accueil Marie de l'Incarnation.

181625641_452435555860088_1511284625965560709_n.jpg

En l’an 2001, un dilemme se présente, il faut agrandir, vendre ou construire une maison plus grande. Les temps sont difficiles et après une campagne de financement ardue, il faut se résigner à demeurer au même endroit en faisant des améliorations. Durant les mois d’été, des gens offrent leur aide et transforment les locaux. En septembre, tout est complété.

Été 2006, un grand rêve se réalise par l’agrandissement de la maison. Deux nouvelles salles voient le jour. La première sert pour l’allaitement, les cours,  les réunions et du repos. La seconde sert comme entrepôt et la chambre froide. « La Fondation pour les jeunes mamans du Québec » et la Caisse Desjardins ont assumé les frais de cette construction.

À cet époque, le personnel est formé de sept employées salariées, d’une directrice bénévole et de d’autres bénévoles occasionnels. Cinq personnes  siègent sur le Conseil d’Administration. Le nom des groupes d'enfants de la halte-garderie est modifié pour : Les petits soleils (0-2 ans), Les étoiles (2-3 ans) et Les arcs en ciels (4-5 ans).

Après 32 ans d’existence, le Centre est toujours aussi populaire. Nous avons accueilli 1250 mères et 2500 enfants ainsi qu’une dizaine de pères. L’âge des parents varie entre 16 et 40 ans. 

Nous continuons notre mission auprès des mères en grossesse avec des cours prénataux, de l’accompagnement à l’accouchement, des ateliers et des rencontres pour renforcir les capacités parentales. Nous avons les visites à domicile et le service d’une thérapeute pour les personnes en grandes difficultés.

 

Nous offrons toujours plusieurs formations par année, ce qui aide notre clientèle à renforcer leurs capacités parentales. Nous offrons aussi de l`accompagnements autant chez les parents que chez les enfants. Chaque année, plusieurs activités sont offertes à nos mères et pères. Leurs intérêts lors de nos ateliers leurs donnent encore plus le désir d’apprendre et de relever de nouveaux défis.

L'Année 2014 fût une année exceptionnelle, avec l'acquisition du Pavillon Marie Guyart. Une seconde bâtisse qui nous permet de recevoir les familles, dans un espace beaucoup plus grand et chaleureux, afin de participer aux ateliers ainsi qu'aux nombreuse formations données par la directrice de l'organisme. L'ouverture officiel du Pavillon Marie Guyart eut lieu le 15 mai 2014.

En novembre 2019, Soeur Jeannette passe le flambeau de la direction de L'accueil Marie de l'Incarnation à Madame Isabelle Mak. De sa riche expérience de bénévolat et d'implication dans la communauté, Isabelle entant continuer l'oeuvre et de mettre à l'avant-plan des projets innovateurs pour aider le plus de monde que possible.

183437845_170498411649249_2816476689309023036_n.jpg

NOTRE HISTOIRE

En 1978, Sœur Jeannette Lord est approchée par une jeune mère célibataire, ayant besoin d’aide pour elle et son petit garçon.  À cette époque, Soeur Jeannette travaillait pour sa communauté religieuse comme cuisinière et administratrice;  pour la paroisse comme cheftaine dans les guides et également ministre de la communion auprès des malades à domicile.  Après plusieurs rencontres avec la jeune femme, cette dernière demande à Soeur Jeannette de leur venir en aide. À cette période, il y avait un petit réseau de trois jeunes mères, dont l’une qui se préparait à donner naissance, qui décidèrent de se réunir régulièrement pour discuter, fraterniser et créer des liens.

 

Sœur Jeannette obtient une salle, avec l’accord du Directeur du Pavillon Richelieu. Un soir par semaine, elles se rendent au Pavillon avec le peu de matériel de couture qu’elles ont. Malgré tout,  elles réussissent à préparer le trousseau du futur bébé, qui vit le jour le 5 décembre 1979.

 

Constatant un grand besoins auprès des jeunes mères et pas suffisament de temps dans une journée pour parvenir à tout faire, Soeur Jeannette décide de prendre un risque car elle croit fermement à la cause. Cette dernière demande à sa responsable de congrégation à Rimouski, Soeur Rita Roy, de se faire libérer de ses obligations afin qu'elle puisse se consacrer à temps plein à sa nouvelle mission. La communauté est reconnue pour sa générosité donc une réponse positive ne tarda pas à venir.

Plus tard, un ami de Sœur Jeannette lui conseille de faire une demande à l'École St-Coeur de Marie pour l'obtention d'une salle, puisque des locaux y sont disponibles pour l'année.  Au début octobre 1981, Soeur Jeannette et les jeunes mères s’installent dans une salle de classe pour faire de la couture. En faisant front commun, elles font plusieurs démarches pour trouver du matériel servant à la couture. L’éducation des adultes leur prête un réfrigérateur, une planche à repasser, un fer et une machine à coudre. De bons amis leur fournissent des couchettes et une grosse poussette pour promener leurs petits. La commission scolaire les accommode en fournissant des tables et des chaises.